PubPub  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Une escroquerie au malade imaginaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aramis



Nombre de messages : 157
Date d'inscription : 18/06/2008

MessageSujet: Une escroquerie au malade imaginaire   Mer 11 Aoû - 12:38

Il n'y a rien de plus simple pour attraper les gogos que nous sommes qu'en inventant une grave maladie, comme le cancer, un moyen plus sûr de nous apitoyer sur le sort de quelqu'un. Tout le monde sait que cette affreuse maladie du siècle est imparable et mortelle dans un grand nombre de cas. Et, face à ce destin impitoyable, nombreux sont ceux qui cèdent au besoin incontournable de venir en aide à quiconque s'en plaint.

Une jeune canadienne de 23, Ashley Anne Kirilow, a ainsi abusé de la crédulité des gens dans le but évident de les escroquer. Elle semble même y avoir réussi avant de se rendre compte de sa grossière erreur et de tout avouer à la police...

Voici son histoire telle que la rapporte un article du journal Le Figaro.

****************************************************************************

L'odieuse escroquerie d'une malade imaginaire

Par Morgane Tual - 10/08/2010


Pour être crédible en malade du cancer, Ashley Anne Kirilow s'est rasé la tête.

Ashley Anne Kirilow, une Canadienne de 23 ans, a fait croire à des centaines de personnes qu'elle avait un cancer. Des groupes de soutien ont émergé et lui ont permis de récolter des milliers de dollars. Elle a été arrêtée et incarcérée.

Elle s'est rasé la tête, épilé les sourcils et les cils… elle s'est même débrouillée pour maigrir afin de se faire passer pour malade du cancer. Ashley Anne Kirilow, une Canadienne de 23 ans, n'y est pas allée de main morte pour jouer son rôle. Affublée d'un foulard pour couvrir sa tête, elle a raconté à qui voulait l'entendre qu'elle était atteinte d'un cancer et qu'il ne lui restait plus que quelques mois à vivre. Mais tout était faux.

Tout commence fin 2008. Ashley entre à l'hôpital pour une grosseur bénigne à la poitrine. A sa sortie, elle se met à raconter qu'elle est atteinte d'un cancer du sein. Puis, au gré de ses interlocuteurs, elle s'invente un cancer du cerveau, de l'estomac ou des ovaires, à des stades plus ou moins avancés.

4.000 soutiens sur Facebook

Apitoyés par son sort, des groupes de personnes se mobilisent pour sa cause. Ils impriment des t-shirts, diffusent des vidéos de soutien en ligne et vont même jusqu'à organiser des événements pour elle.

Le 27 septembre 2009, une soirée de charité est notamment mise en place dans un pub de Burlington, la ville d'Ashley. L'entrée est fixée à 20 dollars canadiens (14,7 euros), les groupes de musique se déplacent gratuitement, le brasseur canadien Labatt offre la bière, les serveurs font don de tous les pourboires et le bar donne ses bénéfices. Au final, Ashley aurait récolté 9.000 dollars, selon l'organisateur de la soirée.

Elle parvient aussi à convaincre des petites entreprises locales de rejoindre sa cause et réussit même à se faire offrir un séjour à Disney World par Skate4Cancer, une organisation de lutte contre le cancer basée à Toronto.

Quelques semaines plus tard, Ashley lance un groupe sur Facebook pour annoncer la création de son organisation caritative, intitulée Change for a cure. «Ensemble, nous pouvons changer le monde centime après centime», annonce le texte de présentation. En deux jours, le groupe compte déjà 1.000 membres. Quelques mois plus tard, ce sont 4.000 personnes qui se sont inscrites, croyant que la prétendue organisation cherchait à récolter de l'argent pour la recherche contre le cancer.

« J'essayais de me faire remarquer »

Tous les dons sont réalisés en espèces, sans laisser aucune trace écrite. En juin dernier, la police canadienne reçoit une plainte de trois personnes, qui accusent Ashley Anne Kirilow de fraude. Une enquête est ouverte. L'affabulatrice décide finalement de se rendre à la police, vendredi dernier. Elle est incarcérée pour fraude de moins de 5.000 dollars. Mais plusieurs membres des groupes de soutien prétendent qu'elle en aurait en fait reçus 20.000.

«J'essayais de me faire remarquer», a-t-elle déclaré au journal Toronto Star, qu'elle a contacté d'elle-même la veille de son arrestation. «J'ai fait une erreur, ça a pris une ampleur folle, et soudain c'était comme si le monde entier était au courant», a-t-elle regretté.

Ses parents, eux, ne sont pas surpris et n'hésitent pas à critiquer leur fille dans la presse. «Elle a toujours adoré jouer les victimes, parce que ça lui permet de contrôler les gens», a déclaré son père, Mike Kirilow, dans le Toronto Star. Sa grand-mère, chez qui elle a vécu plus d'un an, n'est pas plus tendre: «Vous ne pouviez pas croire un mot de ce qu'elle disait».

Quand elle se faisait passer pour malade du cancer, Ashley racontait que ses parents étaient morts, ou qu'ils se droguaient et l'avaient reniée. Elle n'avait pourtant pas hésité à contacter son père pour lui faire croire qu'elle était mourante et qu'elle avait besoin d'une transplantation de moelle.

Une audience sur son éventuelle remise en liberté sous caution a été fixée à mercredi. En attendant, sur Facebook, les insultes fusent à l'encontre de la malade imaginaire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une escroquerie au malade imaginaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LE MALADE IMAGINAIRE de Molière
» [Molière] Le malade imaginaire
» HunterX Hunter
» Course de MALADE !!! (Porsche GT3 vs CBR1000RR vs R1)
» Création d'une parade imaginaire ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Société-
Sauter vers: