PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les syndicats autonomes algériens en deuil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
karou

avatar

Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Les syndicats autonomes algériens en deuil   Dim 16 Déc - 20:20

Redouane Osmane, professeur de français au Lycée Emir Abdelkader (ex Bugeaud), en plein cours, hier, a été terrassé par une crise cardiaque, devant ses propres élèves.

Il faut avoir approché de près ce militant de 56 ans, constamment sur la brèche à se consacrer à la défense des droits des travailleurs, pour comprendre l'immense popularité dont il jouissait dans les milieux syndicaux algérois, et particulièrement autonomes.

Cet ancien adhérent des Groupes communistes révolutionnaires, devenu syndicaliste de la Coordination des comités autonomes, puis du Syndicat national des étudiants autonomes, militant du Parti socialiste des travailleurs, avant de devenir le premier responsable du Conseil des lycées d'Alger fut un homme très engagé à gauche, et surtout féru d'égalitarisme. Il avait quasiment tout donné, jusques et y compris risquer sa propre liberté, au nom de la lutte syndicale au profit principalement des travailleurs de l'éducation nationale. Poursuivi en justice maintes fois pour avoir déclenché "illégalement", dans les lycées, des mouvements de grève, Osmane se trouvait hier encore sous le coup de plusieurs inculpations pour lesquelles des procès en règle étaient encore en instruction.

Le nez toujours fourré dans les bureaux des journaux les plus influents, sinon dans ceux des partis politiques de la mouvance démocratique, Redouane Osmane laisse de lui l'image d'un homme modeste et d'une grande simplicité. Son dernier combat, et c'est peut-être celui qui l'a épuisé, concerne la nouvelle grille des salaires applicable à l'éducation nationale, et qu'il jugeait par trop insuffisante. Négociée, en vérité, par les pouvoirs publics avec le syndicat croupion, l'UGTA, cette grille, selon le défunt, ne tient aucun compte des efforts méritoires fournis par la grande communauté de l'éducation nationale qui a besoin, il est vrai, de plus de considération, son rôle étant, sans conteste, celui de préparer l'avenir de demain.

Repose en paix, Redouane ! Sache que nous ne t'oublierons pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izirdhi

avatar

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Les syndicats autonomes algériens en deuil   Lun 17 Déc - 20:29

Le regretté Redouane Osmane a été, hier, accompagné à sa dernière demeure, par une foule nombreuse venue de partout, y compris des profondeurs du pays. Ses propres collègues et élèves étaient là. Par-delà la corporation algéroise des enseignants du secondaire largement représentée, nombre de syndicalistes, de militants politiques, d'étudiants, etc., sont venus rendre le dernier hommage au disparu.

Note cependant affligeante : les pouvoirs publics ont refusé en dernière minute que la dépouille mortelle fût exposée dans l'enceinte du lycée Abdelkader. Sous prétexte que les services de police ne sont pas à même d'assurer la sécurité autour d'un rassemblement aussi dense, les ministres de l'Intérieur et de l'Education nationale n'ont pas accepté que le défunt pût être salué là avant sa mise en terre. C'est comme si, mort, ce redoutable syndicaliste continuait de hanter les esprits, déplorait-on au sein des grappes humaines qui s'étaient formées devant le lycée jusqu'à la mi-journée.

Autre note regrettable ou heureuse, c'est selon : sur le passage du convoi mortuaire, des femmes entonnaient des youyous, façon toute singulière de signifier la perte d'un vrai martyr.

C'est au cimetière d'El-Kettar, sur les hauteurs de Bab-el-Oued que Osmane a été enfin inhumé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les syndicats autonomes algériens en deuil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La cote des timbres algériens
» Billets Algériens pour camp de prisonniers 1940
» Des jeunes algériens ont brûlé un âne vivant pour s'amuser
» Nouveaux billets algériens
» Chinois-Algériens : un rendez-vous raté dès le départ !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Société-
Sauter vers: