PubPub  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'exode rural se poursuit aux abords de la capitale algérienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ghania

avatar

Nombre de messages : 273
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: L'exode rural se poursuit aux abords de la capitale algérienne   Sam 9 Oct - 23:30

Durant les deux premières décennies ayant suivi l'indépendance, les villages algériens se dépeuplaient dans le pays profond. L'attrait de la ville pour trouver un emploi, un abri sûr, une école pour les enfants, etc., était alors à la base de l'exode rural.

Les choses ont pourtant évolué depuis lors. Des écoles, des logements ont été construits à grande échelle à travers tout le pays, y compris dans les régions les plus éloignées. En même temps, du travail est offert un peu partout dans les chefs-lieux de wilayas et même de daïras. Le chômage n'est pas pour autant enrayé totalement, mais il est considérablement réduit.

Malheureusement, et contrairement à la propagande développée à longueur d'années par les pouvoirs publics, une donnée s'est glissée depuis maintenant deux décennies qui fausse complètement le visage de l'Algérie profonde. L'irruption du terrorisme islamiste n'emporte pas seulement des vies humaines, le plus souvent innocentes, mais il crée un climat de terreur tel qu'il justifie aujourd'hui un nouveau dépeuplement qui s'observe dans les limites proches de la capitale. Même le phénomène des harragas (les immigrants clandestins) y trouve sans doute son explication.

Le correspondant d'El-Watan, dans la wilaya de Thénia, située à 50 km exactement d'Alger, trace un tableau des plus préoccupants de cette zone devenue le fief du terrorisme islamiste.

Voici l'article du correspondant d'El-Watan.
*******************************************************************************
Des villages désertés par leurs habitants

le 09.10.10 © El Watan

La dégradation de la situation sécuritaire et les multiples problèmes sociaux forcent la population à l’exode.

Des villages entiers de la daïra de Thenia continuent de se vider de leurs habitants à cause des multiples problèmes auxquels ils sont confrontés.Beni Daoud et Ouled Ali, dans la commune de Thenia ne comptent plus que quelques dizaines de familles qui continuent à y vivre depuis que l’exode a commencé au début des années 1990 La situation est plus dramatique à Gueddara et Merchicha, deux villages entièrement vidés et désertés par leurs habitants. Dans ces contrées, la dégradation de la situation sécuritaire était venue accentuer les difficultés vécues au quotidien, jusqu’à les rendre insupportables.

Les citoyens, déjà éprouvés par le chômage, l’isolement, le difficile accès à l’instruction à cause de l’éloignement des établissements scolaires et de l’absence du transport, se sont alors retrouvés face à un problème majeur : la menace qui pesait sur leur vie. « Lorsqu’on sent la mort planer au dessus de nos têtes ou nos jeunes filles exposées à des risques innommables, on ne peut pas ne pas fuir », témoigne un habitant de la région. Le même drame a frappé les villages de Igueraaichene, Baloul, Djenah et Ifekharen, dans la commune voisine de Souk El Had où, comme à Thenia durant de longues années, même au chef-lieu communal, la menace planait en permanence.

Les problèmes sont pratiquement les mêmes : chômage, habitat, eau, transport, scolarisation et formation. Toutes ces difficultés ont en commun la « démission de l’Etat », comme le soulignent plusieurs habitants de la région. Beni Amrane et Ammal ne sont pas en reste. D’importants villages comme Thelath, Adafal, Tala Mahdi, Ait Dahmane, Tizi et Djarah se sont vidés de leurs habitants à cause de l’effet conjugué des problèmes sociaux et de la dégradation de la situation sécuritaire. Ceux qui restent à Hini, Doukane, Tachehat et Ait Bousmail, entre autres, continuent de subir l’exclusion. Les habitants du côté est de la commune, comme les villages Sikour, Bouaidel et Ait Zâaiteche luttent quotidiennement contre le manque d’eau, l’absence de transport, les problèmes de logement et autres. A l’ouest, Mizar, Tinoqline, Ait Abdelhadi ne sont pas mieux lotis.

Même la cité des chalets, installée après le séisme de 2003, n’a pas bénéficié des mêmes avantages que tous les autres sites des autres communes de la wilaya. « Elle est à l’abandon. Même l’aménagement des accès n’a pas été fait », nous dit un habitant. Les efforts de l’Etat pour rendre à ces villages leur vie n’ont pas été fructueux. Les limites que comporte la démarche des pouvoirs publics ne pouvaient pas encourager les habitants à regagner des zones sinistrées. La formule de l’aide à la construction rurale a contribué à mettre à nu les insuffisances contenues dans les solutions pensées et proposées par les autorités. Des centaines de familles n’ont pas pu accéder à ces aides à cause de difficultés bureaucratiques que rencontrent les candidats. Les actes de propriété des terrains à bâtir représentent un handicap majeur vu que la majorité écrasante des habitant ne dispose pas de ce document.
Yacine Omar

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'exode rural se poursuit aux abords de la capitale algérienne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Décime rural pour origine rurale
» Décime maritimo-rural
» Centre Social rural Le Donjon
» Rural de Davodeau.
» Michel du mois : Michel poursuit des ombres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Société-
Sauter vers: